Skip navigation

pes•si•mism: noun → a tendency to see the worst aspect of thing or believe that the worst will happen.

19 09 09.

non mais vas y qu’ils me traitent tous de pessimiste. qu’ils fassent tous leur yeux globuleux et me sortent: « ohh pourquoi tu es fachée?!.. souris donc« . laissez les. primo, je n’ai jamais vu un aspect negatif à être pessimiste. c’est juste un état. un fait. quelquechose de différent entre toi et moi. et lui. si tout le monde était pareil et que tout le monde voyait la vie en rose, ou serait l’interêt de vivre?! la philosophie et les métaphore ne me vont pas… bref. là n’est pas mon point. je ne veut pas parler de différence, parceque je n’en finirais pas. je veux parler d’eux… de ces demeuré qui parlent et mettent leur nez dans mes affaires comme s’ils avait dessiné le plan de ma vie, eux même. yael tu es jeune, tais toi et souris; écoute les adultes. ohh wi. je m’approche de mon point. les adultes, ça jacte. non mais vraiment… mes parents ont le droit de me demander quelque soit l’explication. mais eux, ces adultes là… eux, ils me paient pas mes habits. le matin quand je me lève et que j’ai faim, ils sont jamais là pour me faire mon petit-dejeuner… mais quand il s’agit de critiquer… de vouloir faire la morale, de parraître suuuper étonné « du cynisme et du fatalisme de mademoiselle.moi.même », ils ramênent tous leur faces en croyant qu’ils vont me prêcher la bonne nouvelle… qu’ils vont changer ma vie avec leur conseils à la con. je peux vous assurer qu’ils n’ont pas réussi.  j’arrive à mon point. OU étaient ils ce matin?! réponse: dans leur lit. dans leur draps… (en train de rêver qu’ils sont mère theresa)… OU j’étais moi? aaa mais j’étais à l’ecole🙂 … (euh on est quel jour déja? aa oui… samedi.). voila pourquoi ils peuvent continuer a me traiter de pessimiste. parcequ’ils ronflaient hein, ce matin quand j’essayais de faire la différence entre les écrivains pseudo-classiques et ceux de l’ecole de 1836 (ou la laaa… mais c’est que ça sonne savant ça hein!? … non.). je vous jure. les samedis c’est sacré. je me fous pas mal de savoir si le prof a rien a foutre chez lui le samedi… moi mon samedi c’est a moi. et encore… si au moin javais l’illusion d’être plus intelligente que les autres enfants qui n’étaient pas a l’école aujourdhui. même pas. jaimerais savoir a quoi ça va m’aider de savoir la conception platonique de l’amour de tel auteur… ou la foi, la piété d’un autre… tout ça au lieu d’être bien relax dans mon lit et de faire la grasse matinée?…  donc maintenant reflechis un peu, retourne bien le mot dans ta bouche… et traite moi de pessimiste encore une fois?! do i look like i give a shit?!… 

sad to admit. but im a little bit…just a a little. antisocial.

track: [still searching – damian marley]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :